Festival du film court 2022. Aigues-Vives


Écrit ou actualisé le 26 juillet 2022
Catégorie(s) Festival du film court. Aigues-Vives
Evènements passés 2022
Vous y avez peut-être participé.... Ou pas ! La date indiquée sous le titre correspond à la date de parution de l'article.
Loading❤️ Cet article dans votre bloc-notes.

Dans les arènes, face à l’écran géant, sous les platanes, des boissons et des repas, de qualité et d’inspiration du Sud, sont servis.

Festival du film court : depuis 24 ans les arènes d’Aigues-Vives accueillent les deux soirées d’été du Festival.

2 soirées, 2 programmes différents. Des courts métrages réunis autour d’un thème.
Des repas et tapas servis sur place et préparés avec des produits de qualité par une équipe de bénévoles enthousiastes.
Des musiciens pour vous accueillir et vous accompagner au long de la soirée.

Le thème cette année : « Quelle histoire ! »

2022

AIGUES-VIVES

23 – 24 JUILLET

VENDREDI-SAMEDI

20h00 : Ouverture des arènes – musique – tapas – repas
21h45 : Projection des films

VENDREDI 23 JUILLET

Accueil avec le duo Emilie Chick & Philippe Van de Velde

  • Surprise ! (Fabrice Maruca, France, 2006, 18’)

En mari attentionné, Pierre a préparé une surprise pour l’anniversaire de sa femme Brigitte. Mais une série d’évènements anodins vont amener la voisine dans son lit au moment pile où Brigitte rentre.

  • Yallah (Collectif de l’École Rubika, France, 2021, 7’)

Beyrouth, 1982. Nicolas s’apprête à quitter sa ville natale, rongée par une guerre civile sans fin. C’est alors qu’il croise la route d’un adolescent bien décidé à aller à la piscine, malgré tous les dangers. Tentant de protéger le jeune homme, Nicolas se retrouve entraîné dans une course folle contre la guerre, pour la simple liberté d’aller nager.

  • Motvind (Vent contraire  (Jon Vatne, Norvège, 2021, 13’)

Du haut d’une falaise balayée par le vent, Birgit, 54 ans, mène le combat contre les éoliennes et pour son couple, face à l’agent Trond, venu la déloger. Armée de ses aiguilles à tricoter, de gâteau au chocolat et d’une volonté de fer, elle provoque son mari en un duel inattendu.

  • Rocambolesque (Loïc Nicoloff, France, 2016, 19’)

Au milieu du XIXe siècle, face à un éditeur qui refuse obstinément de l’augmenter, que peut bien faire le jeune auteur Ponson du Terrail… si ce n’est mettre dans la balance le destin de Rocambole, le héros de son feuilleton quotidien ?

  • Un geste héroïque (David Merlin-Dufey, France, 2018, 4’19)

Fernand, inspecteur de police, aimerait être un héros, comme Georges, son coéquipier.

 Entracte

  • Summer Time  (Andra Tévy, France, 2020, 15’20)

Un dimanche estival à la terrasse d’un café du littoral. En apparence paisible, chaque client lorgne un autre d’une table voisine. Perceptions subjectives et faussées, impression que l’herbe est plus verte ailleurs… Comparaisons et reproches à l’appui, chacun déclenche une crise à sa propre table.

  • De particulier à particulier  (Julien Sauvadon, France, 2018, 15’16)

Un immeuble. Un interphone. Un simple achat entre deux particuliers. Pourtant rien ne va se passer comme prévu…

  • Peines perdues

(Benjamin Charbit, France, 2017, 16’)

Burgaud a bien du mal à trouver sa place au sein des forces de l’ordre. Alors, quand Franck débarque pour avouer un double meurtre, c’est inespéré ! Sauf qu’il n’arrive pas à produire des preuves pour appuyer ses aveux. De quoi douter de la véracité du crime. Mais pourquoi Franck veut-il absolument aller en prison ?

  • Matines (Erwan Alépée, France, 2019, 3’10)

Mieux vaut écouter la semonce du sage qu’écouter le chant du fou.

  • Le Graffiti (Aurélien Laplace, France, 2018, 9’30)

Stupeur dans la ville ce matin : un graffiti est apparu sur la façade d’un édifice historique ! Les principaux concernés par l’inscription, le Maire et le Docteur Robin, vont devoir s’expliquer…

SAMEDI 24

Accueil avec Scoop Duo

  • Vegan  (Arnaud Baur et Aurélie Chesné, France, 2021, 10’54)

Sofiane, la trentaine, a rendez-vous avec la sublime et vegan Mégane. S’il veut avoir une chance de la pécho, il va devoir lui cacher qu’il est un grand amateur de viande.

  • Vent d’hiver  (collectif étudiants de l’École Pôle 3D, France, 2021, 4’20)

Surpris par une violente tempête de neige, les lapins tentent de se réfugier dans le château du roi.

  • Omnibus (Sam Karmann, France, 1992, 10’)

Pour notre homme, l’armature de sa vie, c’est son emploi. Malheureusement, la clef de voûte de son emploi, c’est la SNCF. Qu’un jour celle-ci s’arroge le privilège de modifier ses horaires, et voilà que la vie de notre homme est bouleversée.

  • Asmahan la diva  (Chloé Mazlo, France, 2019, 6’)

Asmahan, diva et princesse druze a eu une courte vie, mais quelle vie ! Cette Marilyn orientale a marqué la grande époque des comédies musicales égyptiennes. Aujourd’hui encore, sa voix résonne dans tout le Proche-Orient et sa mystérieuse mort dans les eaux du Nil continue d’alimenter les plus folles rumeurs…

  • Tarim le Brave contre les mille et un effets  (Guillaume Rieu, France, 2014, 18’16)

Alors qu’il part sauver une princesse emprisonnée dans le donjon d’un sorcier maléfique, Tarim comprend qu’il est le personnage principal d’un film, et décide de se battre contre les effets spéciaux.

  • Vache-qui-rit  (Philippe Lioret, France, 2005, 6’)

Acheter un livre dans un hyper, c’est coton. Le Cl et le code-barre, ça se mélange mal. Surtout quand on tombe sur une ancienne du rayon fromage.

Entracte animé par Scoop Duo

  • Au revoir Jérôme ! (Chloé Farr, Gabrielle Selnet, Adam Sillard, France, 2021, 7’44)

Tout juste arrivé au paradis, Jérôme se met en quête de sa femme Maryline. Au fil de ses recherches, il s’enfonce de plus en plus dans un monde surréaliste et coloré dans lequel personne ne semble pouvoir l’aider.

  • Tout se mérite  (Pierre Amstutz Roch, France, 2019, 15’34)

Stéphane, cinquantenaire, perd son travail du jour au lendemain. Au fond du gouffre avec sa femme Fiona, il est prêt à tout pour retrouver du travail. Y compris à tuer son principal rival ! Après avoir échafaudé un plan, le couple de tueurs amateurs se rend chez Marc pour l’éliminer.

  • Sprötch  (Xavier Seron, Belgique, 2020, 20’)

En l’absence de son époux, un père doit s’occupe de leur fils. En l’emmenant d’urgence à un cours de guitare, il écrase quelque chose en sortant du garage.

  • Love is Blind (Dan Hodgson, Grande-Bretagne, 2015, 6’)

Alice se lance dans une étreinte fougueuse avec son jeune amant, succombant finalement à la tentation. Ils seront cependant vite surpris en entendant son mari, James, rentrer exceptionnellement tôt. Alice va ainsi se retrouver sur un terrain miné à jongler entre la sauvegarde de son mariage et l’urgente évacuation de son amant.

Vote à l’applaudimètre pour le meilleur film de la soirée.

Tarifs :  Entrée (projection et musique) : 13 €
Pass 2 soirées : 22 €
Jeunes 12 à 20 ans : 10 €
Pass 2 soirées Jeunes 12 à 20 ans : 16 €
Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans

Tapas : 4 €
À l’entrée et dans les arènes, vous pourrez acheter des jetons d’une valeur de 1 € ou de 5 € vous permettant d’accéder aux repas, au bar et aux tapas.
Par respect pour l’engagement et le travail des bénévoles, nous sommes reconnaissants aux festivaliers de n’apporter ni nourriture, ni boissons de l’extérieur

Contact : Festival du Film Court d’Aigues-Vives. 108 Grande Rue – Contact organisation : Sophie Bertin – sophiefestiv@orange.fr

icon-car.png
Aigues-Vives

chargement de la carte - veuillez patienter...

Aigues-Vives 43.738971, 4.180211

Sponsors et articles au hasard :