Sabran, village perché sur la vallée de la Cèze


Écrit ou actualisé le 4 juin 2020 - Publié, le : - Catégorie(s) : SABRAN. Le Gard
Villes et villages du Gard
Les communes du Gard. Petite visite découverte du département. Les monuments, les sites, l'environnement et petit historique de chaque ville et village.

SABRAN. Magnifique village, le hameau de Sabran est construit sur une proéminence qui domine tout le territoire et la basse vallée de la Cèze. (SI). Fut le siège d’une importante famille féodale, l’une des plus puissantes du Languedoc et de la vallée du Rhône.

Les Sabran avaient choisi pour domicile St Victor la Coste. Dès le VIII° siècle, la Sabranenque s’étendait sur les châtellenies de St Victor, Tresques, Cavillargues, Sabran, Montclus.

La connaissance des premiers barons de Sabran, Rostaing puis Emenon 1er d’où s’établit la filiation remonte au XI° siècle. On relève ensuite l’existence de Guillaume 1er de Sabran qui, parti à la croisade avec son suzerain le comte de Toulouse, se distingua
personnellement aux prises d’Antioche (1097) puis de Jérusalem (1099).
Revenu sur ses terres il faisait construire en hommage l’Ermitage de St Sépulcre (entre Mégiers et Cavillargues) et donner aux Templiers le domaine de Boussargues (Colombier).
C’est son petit-fils Rostaing II de Sabran qui est à l’origine de la lignée des Sabran du Caylar-Uzès-Ansouis et autres lieux.

Un épisode de la vie de cette famille mérite d’être souligné ; quatre petites filles de Rainier 1er de Sabran et Garsende de Forcalquier allaient devenir reines :

Marguerite de Provence épouse Louis IX (futur St Louis) en 1234, Eléonore Henri III d’Angleterre (1236),
Sancie Richard de Cornouailles frère d’Henri II et futur roi des Romains (1243).
Enfin Béatrix, Charles d’ Anjou frère de St Louis futur roi de Naples et de Sicile (1246).

De cette famille également sont issus deux saints : Elzéar et son épouse Delphine de Signes, mariés en 1299, décédés :
Elzéar en 1323 et Delphine en 1360, leur tombeau est visible dans la cathédrale d’Apt.

C’est sous les premières guerres de religion (1560-1597) que le château de Sabran fut détruit ; occupé en 1573 il ne fut délivré par le duc d’Uzès qu’en 1575.

Après de nombreuses péripéties, les ruines du château sont revenues dans le giron familial des de Sabran.
Vestiges préhistoriques :  Hypogée de la Clausonnette au hameau du Colombier ( Sabran comporte huit hameaux dispersés) : sépulture et mobilier chalcolithique.
Village perché et abords : Les hameaux de Donnat,Carmes, Colombier, Combe sont situés dans la plaine de la Cèze. Mégier, Cadignac et Charavel, les plus petits sont situés sur le plateau.

À VOIR, À FAIRE…

Ruines du château 12ème des comtes de Sabran, tour Sainte-Agathe. Château de Boussargues médiéval 15ème. Château de Moncaut.

La Chapelle des Templiers, ancienne chapelle St-Symphorien de Boussargues, est classée à l’inventaire des monuments historiques. Elle est située sur le domaine de Boussargues et est dédiée à St Symphorien.

À Combe, la Chapelle de St Julien de Pistrin (12e siècle) est en cours de restauration.

La Chapelle de Sabran (12e siècle) a été restaurée. Au total, l’on dénombre 6 églises à Sabran.

Eglise du Colombier 12ème

Le réseau de randonnées aménagé et balisé sur la commune de Sabran sillonne à travers les huit hameaux dispersés qui la composent. C’est un domaine naturel vaste et varié, à travers pins, chênes verts et vignes, mais aussi riche d’un patrimoine architectural avec ses églises, ses lavoirs, ses fontaines, son four banal, ses chapelles du XII éme siècle et sa madone qui domine tout le territoire.

Ces itinéraires de randonnée sont en interconnexion avec les territoires avoisinants.

ZNIEFFZone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) RIPISYLVE DE LA BASSE VALLÉE DE LA CÈZE : Les berges de la rivière sont le siège d’activités touristiques ou économiques. Plusieurs seuils, quatre barrages importants, et plus d’une dizaine de passages supérieurs franchissent la Cèze. Un grand nombre de stations de pompage fonctionnent à proximité de la riviere. Les rives sont tres fréquentées en été notamment pour la baignade, sur des sites localisés. Le camping et les sports de loisirs (pêche, canoé-kayak) se développent tout au long du cours d’eau.  A la sortie des gorges de la Cèze, sur près de 40 km entre Montclus et Chusclan, la Cèze serpente lentement dans une plaine agricole. Sur les berges, à hauteur des nombreux méandres, la riviere dépose limons, sables et graviers. Une végétation riveraine exubérante aimant les milieux frais et humides ; frênes, peupliers, aulnes , saules, ormes . bordent le cours d’eau. Cette ripisylve peut atteindre plusieurs dizaines de metres de large, jusqu’à 200 m en des points localisés : le Plan à la ROQUE-SUR-CÈZE, la Grange Coste… La délimitation du site est claire. La limite retenue englobe la ripisylve et les grèves de la Cèze, qui contrastent avec les cultures, les plantations et les lieux urbanisés environnants. Elle exclut les espaces les plus artificialisés (cultures, habitations…). La limite amont correspond à la sortie des gorges et la limite aval au passage à des berges plus artificialisées où la ripisylve présente un moindre développement.. Richesse patrimoniale : Cette section de la Cèze abrite des castors ; espece protégée sur le plan national et inscrite sur le livre rouge des espèces menacées de France. Chez les oiseaux, le Faucon hobereau , protégé sur le plan national et inscrit sur le livre rouge des especes menacées de France, niche dans le périmetre. Cette zone présente un intérêt écologique et paysager.  Les formations arborescentes qui bordent les cours d’eau contrastent avec la végétation xérophile caractéristique des régions méditerranéennes. Ce biotope est composé d’espèces originaires des régions tempérées et constitue une enclave biogéographique d’un grand intérêt écologique. Les ripisylves sont des zones d’accueil et de refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales parfois rares qui recherchent la fraicheur et l’humidité ainsi que des lieux de repos pour les oiseaux migrateurs. Par ailleurs, représentant l’interface entre la riviere et les zones riveraines, les ripisylves forment une zone « tampon » qui isole le cours d’eau des milieux plus artificialisés ainsi qu’une « coupure verte » au sein de la plaine agricole. La végétation concourt à la stabilisation et à la fixation des berges ce qui limite l’érosion, particulierement lors des crues. Enfin les cascades du Sautadet, en aval de Roque-sur-Ceze embellissent le paysage.  Bibliographie – Source BOUSQUET G., ANOTTA J.P., – C.O.GARD – Communications orales. NOZERANT R. – Le Castor (Castor fiber), Situation et biotopes dans le Gard, B.M. O.N.C., n°76. DDAF – Schéma départemental de vocation halieutique et piscicole du Gard. Maîtrise d’ouvrage : Ministere de l’Environnement Matrise d’ouvrage déléguée nationale : Secrétariat de la Faune et de la Flore du Muséum National d’Histoire Naturelle Maitrise d’ouvrage déléguée régionale : Direction Régionale de l’Environnement Languedoc-Roussillon (DIREN) Maitrise d’oeuvre : Institut des Aménagements Régionaux et de l’Environnement (IARE montpellier)

COMMUNES CONCERNÉES PAR CES UNITÉS DE PAYSAGE :

Cornillon Goudargues Issirac La Roque-sur-Cèze St-André-de-Roquepertuis St-Gervais St-Laurent-de-Carnols St-Michel-d’Euzet Verfeuil

Bagnols-sur-Cèze Cavillargues Fontarèches Goudargues La Roque-sur-Cèze Lussan  St-André-de-Roquepertuis St-André-d’Olérargues St-Laurent-la-Vernède St-Marcel-de-Careiret St-Pons-la-Calm Tresques Verfeuil

Bagnols-sur-Cèze Chusclan Codolet  Laudun Montfaucon Orsan   St-Gervais St-Nazaire Tresques Vénéjan

1688 habitants

 MAIRIE : rue Florentin Colain 30200 SABRAN Tél : 04 66 89 69 09

icon-car.pngFullscreen-Logo
Sabran

chargement de la carte - veuillez patienter...

Sabran 44.150865, 4.546920
FavoriteLoading❤️ Cet article dans votre bloc-notes.

Mot(s)-clé(s) Sponsors :

Vous pouvez aussi rechercher Parmi les mots-clés